Joyeux Moisniversaire !

Déjà un mois qu’il est venu au monde le petit A.

J’ai l’impression que hier encore nous l’attendions, nous préparions sa venue en se disant que nous aviserions une fois qu’il sera la. Et pourtant, un mois a déjà passé depuis sa venue. 15 jours de congé pour en profite et déjà le retour au travail…

La première semaine restera celle de la naissance, forcément, de la maternité, de la découverte du bonhomme, de la gestion du bonhomme et de la paternité et ce qu’elle représente pour moi, mais j’y reviendrai un peu plus tard. Cette première semaine sera aussi le sentiment d’échec qui aura longtemps rongé la jeune maman frustrée qu’elle était de ne pas pouvoir allaiter…

Les deux semaines suivantes se sont écoulés hors du temps. Elles ont tourné autour de mon fils, je l’ai découvert à la maison. L’occasion de faire nos premières… un bain, une balade dans le quartier, un tour chez le médecin, à la PMI (truc que j’ai découvert il y a moins d’un mois !!!), la gestion du temps en fonction des biberons et les réveils tout au long de la nuit…

C’est avec des souvenirs pleins la tête que j’ai repris le travail, le coeur lourd avec l’impression de passer à côté de mon fils… Embarqué par un rythme metro-boulot-dodo qui laisse à peine le temps de profiter un peu de ce petit bonhomme qui s’éveille au monde. Que j’aimerai être à la maison toute la journée… Qu’est-ce que je fais à ce boulot à la place de profiter de lui ?!

En un mois il a déjà bien changé. S’il dort encore beaucoup (quand il veut surtout) il a un peu grandit et les plus petits habits sont déjà à ranger dans un carton. Ses yeux sont plus ouvert que jamais et il commencer à s’intéresser -un peu- à ce qui l’entoure. Le bain est l’occasion de faire un complément de biberon, de stopper les pleurs et en le voyant dans l’eau on ne peut s’empêcher de voir qu’il y est bien. Depuis peu il commence déjà à s’agiter, à tester des grimaces et s’entrainer pour les futurs sourire.

Si je suis tout de suite tombé sous son charme le premier jour, chaque jour qui passe je m’y attache un peu plus. Je n’en reviens toujours pas d’être papa. J’ai du mal avec ce concept qui me paraît abstrait lorsque je l’applique à moi.

Mon rôle dans cette histoire, c’est plutôt d’être en charge d’un petit être en devenir, d’avoir la responsabilité de m’occuper de lui pour le faire manger, le tenir propre et de faire en sorte qu’il se sente bien. C’est sans doute la définition (ou une partie) de la définition de « papa » mais ça me fait bizarre de m’associer ce mot. Ca passera…

Légers regrets pour ce premier mois : ne pas avoir pu le présenter à ma famille autrement qu’en photo… Ils n’ont pas trouvé le temps pour faire le déplacement. C’est sans doute plus simple de faire le déplacement dans le sens Paris-Province sur un WE, voila pourquoi j’y arrive et pas eux ? Mais passons… chacun à sa vie et ses contraintes, le point positif -s’il faut en trouver un- ce que l’on aura pas trop été dérangé par les visites.

a

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s