Voila, c’est fini…

Pour reprendre les paroles de Jean-Louis Aubert, voila c’est fini. C’est ici que s’arrête ce blog, que le point final est mis à cette période de ma vie de G33k en transition.

C’était dans les tuyaux depuis quelques semaines, quelques mois sans doute, et tel un patient malade, j’ai souhaité le porter encore un peu. Continuer encore et encore, repoussant ce qui était prévu, de mettre un point final à ce chapitre de ma vie durant lequel j’ai touché le fond pour finalement remonter.

Merci à ceux qui m’ont lu, commenté ou même liké. Merci à toi aussi mon blog pour m’avoir permis de m’exprimer, de poser par écris ce que je n’arrivais pas à dire à voix haute à mes proches.

Peut-être que j’éprouverai un jour le besoin de m’exprimer à nouveau, je me lancerai dans une nouvelle aventure, un nouveau blog (qui aura pour thème ma paternité et mon côté geek), mais ça ne sera assurément plus ici et plus sous cette identité. La page est définitivement tournée.

Salut 😉

Chat noir…

Ce premier mois de l’année a été particulièrement chargé à la rubrique nécrologie pour nos amis les stars. Pour ma part, c’est également le cas au niveau de matériel hi-tech. Mon ordi fixe fait des ratés dès que je tente une session de jeu (est-ce un signe ? dois-je définitivement lacher l’affaire ?) et ma liseuse dont l’écran est cassé sans porter aucune trace…

Ce n’est que du matériel, ce n’est rien de vraiment vitale et de toute manière je n’ai pas super le temps de l’utiliser, mais quand même, ça me gonfle et je souhaite le remplacer (ce qui à un coût…).

Je n’ose plus sortir mon smartphone ni lancer une session de jeu PS4… le mauvais oeil rôde…

chatnoir.jpg

J’veux du soleil !!!

Je ne sais pas si c’est le temps… le triste anniversaire dont tout le monde parle, le fait que mon petit a fait ses premières heures chez la nounou, ou, une année de plus? mais ce janvier est un peu comme chaque année, le mois de trop qui arrive après Noël.

Ce n’est pas un hasard sur le jour le plus déprimant de l’année est le 3ème lundi de Janvier selon le très sérieux wikipédia. Certes ce n’est que le 2ème lundi demain, c’est dire !!!

Bref, We ce we tire sa révérence et ne restera pas dans les annales. Je suis presque content de retourner au travail demain… Presque !

Parenthèse de fin d’année

En choisissant le titre, je me suis dis qu’en ce moment ma vie est une succession de parenthèse. C’est sans doute le lot de tous les parents d’un jeune enfant, cela requiert une attention régulière et cela empêche souvent de pouvoir se concentrer ou de faire quelque chose sur une longue durée (plus de 30min /!\).

Je suis presque content de retourner au boulot pour me changer les idées, mais en vrai je n’ai pas du tout envie d’y retourner. Cela me fait clairement chier ! De mes collègues, je n’ai eu aucun message de bonne année ou de joyeux noël, d’ailleurs lorsque j’en ai envoyé, je n’ai eu aucune réponse… J’avais des amis… J’ai des collègues… Je ne souhaite plus faire d’effort.

Avec Junior, en ce moment est assez dure, il nous occupe bien depuis notre séjour en Alsace. Nous avons vu beaucoup de monde, et si au début il ne bronchait pas, il a vite attrapé un rhume et a été complétement déboussolé sur la fin de notre séjour. On a d’ailleurs levé un peu le pied et l’on a pas pu voir tout le monde 😦

Pour lui le rhume l’a rendu plus fatigué et plus grognon, pour nous c’était un peu la « découverte ». La colère au début, contre des parents qui ont laissé tousser leur enfant sur lui. Elle est passé assez vite, de toute manière, il en fallait une première fois… L’inquiétude en voyant ce petit bonhomme galérer lorsqu’il respirait. La tristesse en le torturant pour nettoyer son petit nez. La fatigue après de trop nombreuses nuits à veiller sur lui alors qu’il dormait de nouveau avec nous de manière bruyante !

Ce séjour en Alsace a aussi été l’occasion de se confronter au passage chez les grands parents. Avec tout ce que ça implique, notre enfant, nos règles et pas les leurs ! Ça n’a pas été vraiment difficile, mais ça ne s’est pas fait sans friction : Non il ne faut pas aller le voir tout de suite s’il pleure, non il ne faut pas lui parler quand il se réveiller la nuit, ni le prendre dans ses bras ! Et le pire, c’est qu’une fois de retour à la maison, Junior s’est habitué à être porté souvent pour ne pas le voir pleurer… Dur retour à la réalité pour lui… et surtout pour nous les parents, tendus et à cran tous les deux.

Et … de comprendre pourquoi les jeunes parents achètent des breaks ou des monospaces ! A l’aller, la voiture est quasi-pleine avec les bagages, quelques cadeaux, et les affaires du petits. Et au retour… on n’a pas pu tout amener tellement la voiture était chargée !!! Je ne me doutais pas que l’on puisse en mettre autant dans notre voiture… ni qu’un petit puisse recevoir autant de cadeau !!!!!!

Côté loisir égoïste, j’ai profité de la PS4 à raison de 15-20min par-ci par-là, l’occasion de découvrir l’univers assassins creed et de pleurer l’absence de temps libre. J’ai prévu de le finir d’ici 2025 d’ailleurs 😉

Une autre parenthèse se ferme avec les débuts de Junior chez l’assistante maternelle. Il grandit décidément trop vite ce petit, et plus j’y pense, plus je me dis que je n’en profite pas assez avec le rythme de fou de ma vie actuelle… Trop de parenthèses tuent les parenthèses…

Cet article est à l’image de mes pensées actuelles : décousues. Si par moment il semble triste, je ne m’arrête pas sur ces points, je les évacue ici. En résumé, je suis globalement heureux, fatigué physiquement et moralement, mais heureux surtout quand j’entends des gazouillis et que je le vois sourire 😉

IMG_1322

J’allais oublier… Bonne année tout le monde !!!

Pas la force du réveil…

Alors que je venais de profiter d’une soirée de sortie sans mon hobbit préféré pour aller voir SW VII et assouvir mon côté obscur de fan-qui-commence-à-assumer (lors du quel j’ai passé un très bon moment de divertissement avec de nombreux clins d’oeil, quelques surprises, etc…)

Le retour à la réalité a été un plus plus cruel cette nuit vers 4h50 lorsque le petit bonhomme a crié famine (je lui ai trop manqué hier soir ?) alors que les 3 dernières semaines il tenait au moins jusqu’à 6h, souvent jusqu’à 7h et parfois même 8h passé…

Sur le coup, j’ai cru ne pas avoir la force pour me réveiller, mais… vu qu’il ne m’a pas vraiment donné le choix, je l’ai fait et maintenant ça pique… Ma fin de semaine travaillée sera certainement difficile !repos gaston

Un retour en arrière ?!

Je n’ai pas connu la précédente époque ou le nationalisme tutoyait les sommets et prenait la pouvoir en Allemagne, en Italie et dans tout un tas de pays dans le monde. Et pourtant j’ai l’impression que l’histoire se répète en voyant les informations et les résultats des précédents votes.

Ca me rend triste, parce que j’ai l’impression que tout commence de la même manière. C’est juste un peu plus policé, on a rajouté une couche de vernis pour rendre cela présentable, acceptable. Et pourtant, a bien y regarder, ça prône le repli sur soi avec tout ce que ça implique. Stop au mélange, stop à l’ouverture au monde, à l’humanité, à la tolérance et à la différence.
C’est sans doute un peu extrême, mais c’est comme ça que je le vois, tôt ou tard…
Je ne souhaite pas voir mon fils grandir comme ça, j’ai envie de le voir s’ouvrir au monde, aux cultures, aux différences.

En voyant les résultats de ma région (nouvellement agrandie…) j’ai été dépité, elle a pourtant souffert des deux grandes guerres et devraient savoir, se souvenir, plus que toute autre région les ravages de l’extrémisme. Mais ça n’a pas suffit…

Les résultats s’expliquent, de mon point de vue, par l’échec/inefficacité/incompétence/déconnexion de la réalité des deux grands partis de droite et de gauche. Il y a beau avoir eu une alternance, j’ai le sentiment que rien n’a changé depuis que je suis en âge de voter.

L’objectif premier du monde politique n’est pas de faire son job -servir le peuple-, mais je pense, de chercher à se faire réélire avant tout continuer à profiter de ses avantages et ensuite, seulement ensuite s’occuper de ce pour quoi il a été élu. Le monde politique me paraît tellement déconnecté de la réalité, de la fin de mois difficile, du chômage, des galères pour trouver (ou pas dans mon cas) de place en crèche. Parce que sérieusement… vous imaginez un élu local ne pas avoir de place en crèche pour ses enfants ? Le tout sélectionné par une commission impartiale ???

Je me trompe peut-être, je l’espère en tout cas, mais mon sentiment c’est que le système est pourri… Même si ce n’est pas mon cas et ça ne le sera sans doute jamais tant que j’aurai le choix, je comprends -sans cautionner- que l’on en arrive à se laisser séduire par le chant des sirènes et que l’on adhère à des idées qui mèneront tôt au tard à ce que l’on a déjà vécu. Mais ce n’est clairement pas une solution… Il faut en trouver une autre !

Si jusque là j’étais plutôt fataliste quand à l’avenir, A. me donne doucement envie de me battre, pas pour moi, mais pour lui, pour son futur. Comment, je ne sais pas encore, mais il le faut !

« Certes, je ne suis qu’un. Mais je suis un. Je ne peux pas tout faire. Mais je peux faire quelque chose. Et le fait de ne pas pouvoir tout faire ne m’autorise pas à refuser de faire ce que je peux faire. » Edward Everett

#2015enBillets : Le top 5 de ce qui me fait sentir vraiment bien

Mes envies pour me sentir bien sont fluctuantes en fonction de la journée, le matin par exemple, je me sens bien avec une bonne tasse de café corsé qui va me réveiller, vers 20h… la même tasse mettra en marche mon palpitant et ne me permettra pas de dormir correctement (et je ne parle du petit chieur qui dynamite mes trop courtes périodes de sommeil !).

Les envies qui suivent sont donc orientées en fonction de l’heure d’écriture de ce message…

Numéro 5 : être allongé dans mon lit, toutes lumières éteintes et sans un bruit. Comment ne pas se sentir bien ?

Numéro 4 : être allongé dans mon lit, qu’importe s’il fait nuit…

Numéro 3 : être allongé dans mon lit, qu’importe s’il y a du bruit…

Numéro 2 : être allongé dans mon lit, collé à ma chère et tendre (de manière totalement platonique me convient largement actuellement !)

Numéro 1 : être allongé dans mon lit avec A. couché sur moi, le sentir bouger un peu et finalement le sentir s’endormir avec ses petit bras essayant de m’enlasser. Le bonheur, tout simplement 😉

Bref, qu’importe ce que je fasse, pourvu que je sois allongé dans mon lit 😉

lit

Pour les autres top 5, c’est chez Agoaye !

Avis de tempête…

500km, c’est la distance qui me sépare de ma mère et qui, je pense, nous aide à ne pas s’écharper. Ma soeur et mon frère sont plus proches et mon côté mathématicien aurait tendance à dire que la patience que l’on a avec ma mère est proportionnelle à la distance à laquelle on habite de chez elle !

Mais cette règle a ses limites et ses exceptions…

A partir du moment ou je suis parti du nid, mon ancienne chambre a aussitôt été annexée. Sur le principe, ça ne me dérange pas, j’ai maintenant ma vie et elle a la sienne… Sauf quand dans les faits j’aurai aimé être prévenu afin que je puisse récupérer toutes mes affaires. Parce que bon sur la forme j’apprécie moyen qu’elle fouille dedans et se permette de lire ma correspondance avec l’outre-atlantique pour ensuite m’en faire des commentaires (et quand je dis moyen c’est en fait  à PAS DU TOUT que je pense). J’apprécie moyen aussi que mes affaires soient stockées en vrac dans l’humidité et le froid. J’aurai appréciée qu’elle me prévienne avant pour que je puisse prendre avec moi les choses importantes. Sur la forme encore, j’ai envie de lui dire que c’est normal que je préfère dormir chez la belle famille dans une vraie chambre plutôt que de dormir dans mon ancienne chambre devenue un bureau qui sent la peinture et les fleurs… Ce n’est pas la peine de me faire des sous entendu comme quoi si l’on ne dort pas à la maison, c’est parce la miss arrive à me convaincre de dormir chez ses parents… Ce qui, au passage est un incitatif supplémentaire à fuir mon chez ex-moi.

Et avec l’arrivée d’A. je redoutais un second round à propos d’un autre sujet sensible : la religion. Elle n’a beau vu notre petite merveille que 4h environ, elle a réussis à me placer 2x que c’était TRES important de le baptiser, si jamais il lui arrive quelque chose, blablabla (mes écoutilles se sont fermées et je n’ai plus écouté)… Je me suis retenu, cette fois-ci, de lui répondre que nous avions entendu son conseil la première fois (la seconde aussi), mais que nous étions les parents et que c’est à nous de décider et choisir pour lui.

Il y aura d’autres rounds, c’est certain… Et j’entends déjà tonner l’orage, je me souhaite juste d’avoir la patience de ne pas rentrer dans le tas, sachant qu’en face… Elle n’écoutera pas !